Les quartiers les plus populaires de Rome donnent à la métropole italienne son charme et son caractère irrésistibles. La ville regorge de merveilles historiques et architecturales, avec ses rues pavées bordées de ruines antiques, de majestueuses cathédrales et de palais évocateurs.

    Décider du quartier où séjourner à Rome peut relever du défi, car il n’y en a pas deux identiques. Ce guide passe en revue certains des plus remarquables, des façades grandioses de Prati aux riches collections du Vatican en passant par les maisons défraîchies du romantique Trastevere.

    1

    Trastevere

    Un peu de romantisme autour d’un verre de vin

    Le Trastevere est un quartier incroyablement romantique établi au sud et à l’ouest du Tibre ; pour le rejoindre depuis le Colisée, vous pouvez prévoir une balade à pied d’environ 30 minutes à travers le cœur de la Rome antique. Ancien quartier juif de la ville, il en est aussi l'un des plus désordonnés. Avec ses allées étroites allant dans un sens et ses ruelles pavées tortueuses dans l’autre, c’est un vrai bonheur d’y errer et de s’y perdre.

    L’endroit s’articule autour de la basilique Notre-Dame du Trastevere, qui se dresse sur une place particulièrement photogénique. Les différentes rues auxquelles elle donne naissance promettent un mélange d’osterias, de librairies et de cafés parés de plantes grimpantes. Sur la colline qui domine le Trastevere se trouve le jardin botanique de Rome, un endroit idéal pour échapper à l’agitation urbaine où vous attendent des belvédères donnant sur le Vatican.

    Carte
    2

    Centro Storico

    Une architecture époustouflante et beaucoup de magasins

    Le Centro Storico est la partie de Rome dont vous rêvez probablement lorsque vous feuilletez les brochures de voyage. Occupant le centre de la cité médiévale, il s’étend de la Piazza del Popolo au nord au pont Sisto au sud. Il réunit certains des monuments les plus emblématiques d’Europe : le Panthéon, tombeau des personnalités, la fontaine de Trevi et la place d’Espagne.

    Mais le Centro Storico n'est pas une pièce de musée. Les gens vivent, travaillent et, surtout, jouent au milieu de ses rues labyrinthiques. Vous pouvez vous rendre sur les marchés dédiés à la viande, au poisson et aux fleurs qui ont lieu tous les jours sur le Campo de’ Fiori, à moins que vous ne préfériez boire des vins d’Ombrie sur la vaste Piazza Navona à la nuit tombée ou faire du shopping sur la Via del Corso, les Champs-Élysées de Rome. Vous verrez également qu'il y a plus d'églises dans ce quartier que de feuilles sur un artichaut frit !

    Carte
    3

    Garbatella

    Des édifices insolites des années 1920

    Garbatella est une sorte de ville dans la ville. S’il jouxte le sud du centre de Rome et se trouve donc à deux arrêts de métro de monuments tels que le Colisée, il ne ressemble en rien à son quartier voisin du Centro Storico. Là, les ruelles étroites et vieux trottoirs en pierre sont remplacés par des immeubles d’habitation et de larges boulevards.

    En fait, Garbatella est l’un des quartiers les plus récents de la Ville éternelle. Il s’agit d’un projet de logement urbain entièrement planifié, construit en 1920 autour d’un parc central. Ce quartier est devenu au cours des dernières décennies une alternative décalée aux zones touristiques, où vous pouvez acheter des pâtisseries dans une pasticceria et profiter de bars à cocktails avec pignon sur rue.

    Carte
    4

    Monti

    Des cafés discrets avec vue sur le Colisée

    Si le « rione Monti » s’efforce de préserver son atmosphère intimiste, il se caractérise par sa culture des cafés et ses bars bohèmes comptant parmi les meilleurs de Rome. Il est coincé entre le Colisée et les rues décrépies du quartier de la gare Termini au nord, occupant le flanc d’une colline, entre parcs couronnés de pins et charmantes petites places.

    Les coins les plus enchanteurs de Monti se situent sans doute à l’intersection et au sud de la Piazza degli Zingari et de la Via degli Zingari. Le long de ses pavés élimés s’alignent plusieurs vendeurs de glaces, de pizzerias et cafés. L’incontournable parc de l’Oppius vous déroule quant à lui de vastes pelouses dévoilant des vues inégalées sur le Colisée, ainsi qu’un ensemble de monuments anciens que peu de gens prennent le temps d’admirer.

    Carte
    5

    Termini

    Le dynamisme de Rome dès la descente du train

    Termini est le quartier qui environne la grande gare éponyme de Rome. Il s’étend au nord et au sud de la gare ferroviaire implantée à l’est du centre-ville, et se compose de rues perpendiculaires où s’alignent des immeubles d’habitation élevés. Avec ses sites à voir et ses restaurants, il est toujours animé mais a également un côté brut et dégradé.

    Au nord de la gare principale, des rues comme la Via Marghera recèlent de nombreux établissements sobres et abordables spécialisés dans les pâtes, ainsi que des auberges de jeunesse et des bars parfaits pour les routards au budget serré. Le sud du quartier est occupé par le bâtiment colossal de la gare de Termini, à quelques pas duquel la beauté grandiose de la place de la République accueille les visiteurs qui arrivent en train.

    Carte
    6

    Tridente

    Une artère commerçante et gastronomique animée

    Le Tridente doit son nom à la convergence de trois grandes artères de Rome. Partant de la Piazza del Popolo au nord, la Via di Ripetta part vers l’ouest, la Via del Babuino vers l’est et la très animée Via del Corso vers le sud, où elle aboutit à la très chic rue commerçante de la Via dei Condotti, arborant une foule d’enseignes telles que Gucci et Gabbana.

    Le secteur environnant ces trois avenues majeures représente la Rome de La Dolce Vita, où les eaux turquoise de la fontaine de Trevi laissent place aux pierres sculptées de la Place d’Espagne. Vous pouvez venir dans le Tridente pour acheter des bijoux et siroter du prosecco le long des trottoirs.

    Carte
    7

    Prati

    Un quartier raffiné regorgeant de restaurants et d’établissements nocturnes

    Prati est le rione le plus grandiose et le plus moderne de Rome. Il se trouve sur la rive ouest du Tibre en face du Centro Storico, bordé par le Vatican d’un côté et les hauteurs du parc de la Villa Borghese de l’autre. Le quartier est connu pour son architecture Art nouveau, ses palais ornés de dorures et ses parcs bien entretenus.

    Il compte quelques vestiges historiques incontournables, comme le Musée de l’Ara Pacis et les hauts murs du château Saint-Ange. Cependant, beaucoup de visiteurs n’y penseront plus quand ils verront la multitude de bars à cocktails et autres lounges disponibles, surtout s’ils viennent le week-end.

    Carte
    8

    Ostie

    Le port historique et le principal quartier balnéaire de Rome

    Ostie est le seul quartier littoral de Rome. Situé à environ 24 kilomètres au sud-ouest du Vatican, il s’étire le long de la mer Tyrrhénienne avec ses immeubles proches du port et ses plages en pente douce.

    Beaucoup de gens fuient vers Ostie quand le soleil brûle au milieu de l’été, mais le sable et les vagues ne sont pas le principal attrait du quartier. Il s’agit plutôt de l’ancien complexe archéologique d’Ostia Antica, perché sur les collines parsemées de cyprès qui dominent l’embouchure du Tibre. L’endroit était autrefois le principal port de la Rome antique, abritant des théâtres à moitié en ruines et des logements vieux de 2 000 ans.

    Carte
    9

    Cité du Vatican

    Des musées comptant parmi les meilleurs du monde

    • Histoire

    La Cité du Vatican n’est pas à Rome à proprement parler. Il s’agit officiellement d’une cité-État indépendante, possédant ses propres frontières et son propre gouvernement. Mais ses imposants monuments ne constituent qu’une enclave dans la capitale italienne, à deux pas des quartiers de Prati et de Borgo et implantés à quelques pas du Tibre.

    Les visiteurs se rendent généralement au Saint-Siège pour deux grandes raisons : assister à une audience papale ou explorer les musées du Vatican. Ces derniers abritent certaines des collections les plus riches de la planète, notamment des chefs-d’œuvre inestimables de Giovanni Bellini, Raphaël, le Caravage et Léonard de Vinci. Nous préférons toutefois vous prévenir : il y a tant à voir qu’une journée ne suffit pas.

    Carte
    10

    San Lorenzo

    Un quartier intéressant pour le street art et l’animation nocturne

    San Lorenzo est un endroit intrigant constellé de bâtiments en ruines couverts de graffitis : c’est l’un des rares quartiers de Rome à avoir été touché par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Il se trouve à l’est et au sud de la gare de Termini, à l’écart des flots de touristes et des monuments.

    Cependant, San Lorenzo est tout sauf désert : devenu un haut lieu de la vie nocturne pour les étudiants et professionnels locaux, il offre des clubs diffusant de l’Euro disco et des bars à vin occupant d’anciennes caves. Si vous avez besoin d’un peu de calme, vous pouvez toujours vous diriger vers l’immense Campo Verano, un interminable cimetière abritant des tombes monumentales sur une colline à l’est.

    Carte
    11

    Testaccio

    L’un des meilleurs quartiers pour se restaurer et sortir en soirée

    L’histoire de Testaccio est intimement liée au commerce de produits frais provenant de toute l’Italie. Il en a découlé une grande culture culinaire se traduisant par une excellente cuisine de type familial qui englobe la plupart des recettes d’abats traditionnelles du pays. Vous pouvez notamment réserver au Checchino dal 1887, fondé au XIXe siècle, pour découvrir la cuisine authentique de Testaccio.

    Dans ce quartier réputé festif vous attendent également des concerts, des DJ sets et des pistes de danse pleines à craquer. Pourquoi ne pas vous lancer dans une tournée des boîtes de nuit ? Les DJ résidents de Radio Londra diffusent de la house funky jusqu’au petit matin.

    Carte
    Joseph Francis | Auteur collaborateur

    Préparez votre voyage

    Haut de la page

    Maps